Le communiqué de presse du Ministère de l’Agriculture autorisant les propriétaires de chevaux à les visiter n’a échappé à personne, pour notre plus grand bonheur !

Bien que la monte et les sorties ne puissent reprendre en période de confinement, de belles opportunités se présentent à nous pour des moments de franches retrouvailles typiquement centauresques.

Entretenir notre lien, le renforcer, par un contact autre que la pratique équestre traditionnelle, c’est le sujet de cet article.

Mon coup de cœur 100% Centaure, c’est la pratique de « Grooming ». Il s’agit du toilettage mutuel, signe d’une franche amitié et de soins partagés. L’équivalent de nos accolades, embrassades ?

Sa mise en pratique est proposée au cours des Séjours Centaure, des temps d’immersion dans l’Univers Centaure consacré aux couples Cavaliers-Chevaux.

Vous trouverez plus de détails dans ces liens de l’IFCE, sur le comportement du cheval dans ses rapports sociaux dont le grooming fait partie.

Ce moment privilégié nous permet d’être à l’écoute de notre partenaire équin, de l’inviter à s’exprimer et d’encourager ce dialogue entre nous en répondant par l’affirmatif lorsqu’il le fait : « Tu me montres que tu apprécies ce type de massage, je continue de le faire car j’aime te faire plaisir ».

Bien sûr, tous ne sont pas expressifs à la première tentative. Il s’agit d’une découverte, d’une ouverture à une nouvelle dynamique de communication basée sur le confort.

C’est une occasion en or pour mettre en place les bases de la coopération entre l’animal et nous, par le prisme du plaisir sans qu’il s’agisse d’une récompense : le plaisir de faire plaisir.

Outre ces instants précieux d’échanges et du pansage/entretien général, pour ceux que le peuvent/le souhaitent, il est primordial que la remise en condition physique se fasse de manière progressive suite à ce repos forcé.

Selon le passif propre à chaque cheval, son mode de vie et discipline, le non-respect d’un programme d’entrainement abordable peut avoir des conséquences irréversibles pour votre compagnon.

Pourquoi pas se (re)mettre aux exercices à pied, la longe, en liberté ou en longues rênes pour ceux qui connaissent ? Le tout sans enrênements et contraintes pour la reprise, en privilégiant une position plutôt basse de l’encolure (maximum hauteur des genoux) et un angle tête/encolure ouvert.

Il s’agit de reprendre les bases connues sur des séances courtes, afin de ne pas rebuter votre monture sous prétexte qu’il a « perdu » de l’état.

Il est préférable d’attendre minimum 1 semaine avant d’ajouter des exercices nouveaux, barres au sol, obstacles, etc…

Attention aux exercices « tours de cirque » type révérence, campo etc, qui nécessitent un cheval échauffé et en bonne forme physique, pouvant entraîner de sérieux dégâts si ce n’est pas le cas.

L’essentiel, c’est que le plaisir des retrouvailles soit partagé, ce qui ne pourrait être le cas par un travail excessif ou intense, non adapté provoquant douleur et rétivité.

Bonne réunion à vous !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.