Voici le résumé de cet article rédigé par Fabrice Dosseville et Koffi P. Edoh concernant l’impact de la gestion émotionnelle des cavaliers (Article complet).

« tous les acteurs du monde équestre ont bien conscience de l’importance de la dimension psychologique du cavalier, et notamment de ses aspects émotionnels, tant sur le plan sportif que relationnel avec sa monture.

La recherche a clairement mis en évidence les interactions entre émotion et cognition soulignant
ainsi le rôle déterminant de nos états émotionnels dans la performance sportive. Le stress,
la peur, la frustration ou la colère peuvent alors avoir un impact sur les décisions prises par des
cavaliers en situation compétitive ou d’entraînement. »

Or il est bon de souligner que nous ne sommes pas tous sur un pied d’égalité en ce qui concerne la gestion émotionnelle.

Elle peut cependant se développer, notamment en mettant en application les 5 grandes compétences émotionnelles décrites dans la littérature :

« • l’identification de ses propres émotions et de celles des autres,

• la compréhension des causes et des conséquences de ses émotions et de celles des autres,
• l’expression de ses émotions de manière socialement acceptable et permettant aux autres
d’exprimer leurs émotions,
• la régulation permettant de gérer son stress et ses émotions, et ceux des autres,
• et, l’utilisation de ses émotions et de celles des autres pour accroître leur efficacité. »

L’état émotionnel du cavalier a un impact non négligeable sur sa relation avec sa monture, mais également dans sa prise de décision, plus ou moins pertinente selon la capacité du cavalier à gérer les situations de stress (dont compétitions) :

« Chaque cavalier, selon sa discipline, doit prendre des décisions qui peuvent être lourdes de conséquences en terme de performance. » (Virage serré, réduction de foulées,…) « Mais ce processus décisionnel reste en partie sous la dépendance de l’état émotionnel du cavalier« .

« de meilleures compétences émotionnelles semblent avoir un impact sur la prise de décision des
cavaliers tout en améliorant leur gestion du stress. Il y a donc tout intérêt à développer ces
compétences.
« 

Ainsi, les auteurs en concluent que :

« développer des connaissances sur ces compétences émotionnelles et être conscient de leur existence et de leur impact potentiel représente vraisemblablement une étape importante pour mieux gérer le stress, aborder dans les meilleures conditions un événement et améliorer la relation avec le cheval. »

Ceci est est l’objectif du Module 2 des Cavateliers, les Ateliers Pratiques pour Cavaliers, où les sphères émotionnelle et mentale du cavalier sont abordées par des exercices pratiques au sol.

A lire également

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.